Arrêt nº 6B 975/2018 de Tribunal Fédéral, 13 novembre 2018

Date de Résolution:13 novembre 2018
 
EXTRAIT GRATUIT

Avis important: Les versions anciennes du navigateur Netscape affichent cette page sans éléments graphiques. La page conserve cependant sa fonctionnalité. Si vous utilisez fréquemment cette page, nous vous recommandons l'installation d'un navigateur plus récent.

Retour à la page d'accueil Imprimer

Ecriture agrandie

Bundesgericht

Tribunal fédéral

Tribunale federale

Tribunal federal

6B_975/2018

Arrêt du 13 novembre 2018

Cour de droit pénal

Composition

Mmes et M. les Juges fédéraux Jacquemoud-Rossari,

Juge présidant, Oberholzer et Jametti.

Greffier : M. Dyens.

Participants à la procédure

X.________,

recourant,

contre

Ministère public de la République et canton de Genève,

intimé.

Objet

Tort moral; indemnité; ordonnance de classement; arbitraire,

recours contre l'arrêt de la Cour de justice de la République et canton de Genève, Chambre pénale de recours, du 31 août 2018 (ACPR/489/2018 [P/5680/2018]).

Faits :

A.

Par ordonnance du 11 juin 2018, le Ministère public de la République et canton de Genève a classé la procédure pénale ouverte à l'encontre de X.________, réservé la reprise de la procédure préliminaire, dit que les frais de la procédure étaient laissés à la charge de l'État de Genève et refusé d'allouer au prénommé une indemnité pour tort moral.

B.

Par arrêt du 31 août 2018, la Chambre pénale de recours de la Cour de justice genevoise a rejeté le recours formé par X.________ contre l'ordonnance précitée et mis les frais de la procédure de deuxième instance à sa charge. Cet arrêt repose en substance sur les faits suivants.

Le 18 octobre 2017, A.________ a déposé plainte contre inconnu à la suite du cambriolage de sa cave, au cours duquel des bouteilles de vin de grande valeur ont été dérobées.

Selon le rapport de renseignement établi par la police en date du 15 mars 2018, un ordre d'arrestation provisoire a été délivré à l'encontre X.________ à la suite de la plainte précitée.

Le prénommé s'est présenté au poste de police le 7 février 2018 sur mandat de comparution. L'ordre d'arrestation provisoire lui a été notifié à 14h00. Son audition a débuté à 14h50. Il a reconnu avoir, par le passé, commis des cambriolages " en lien avec du vin " mais a nié toute implication dans le cambriolage en cause. L'audition a été suspendue à 15h16 afin qu'il soit procédé, avec son consentement, à la perquisition de son logement. L'audition a ensuite repris à 16h21. Elle a été à nouveau suspendue à 16h40. Durant cette suspension, X.________ a attendu dans la salle d'audition. Son interrogatoire a repris à 17h35 pour prendre immédiatement fin.

Une surveillance rétroactive du numéro de téléphone portable de X.________ a permis de constater que l'appareil de ce dernier n'était pas géolocalisé à proximité du lieu du délit au moment des faits.

Le 4 mai 2018, le Ministère public a transmis à X.________ un avis de prochaine clôture. Ce dernier a conclu, dans ce contexte, au versement d'une indemnité de 1'000 fr. pour tort moral, en raison de son arrestation, de la perquisition de son logement et de la transmission complète de la procédure à l'Office cantonal de la population et des migrations (ci-après: OCPM).

L'arrêt querellé confirme le refus du Ministère public d'allouer au prénommé une indemnité pour tort moral.

C.

X.________ forme un...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI