Arrêt nº 1C 160/2013 de Tribunal Fédéral, 1 mars 2013

Date de Résolution: 1 mars 2013
 
EXTRAIT GRATUIT

Wichtiger Hinweis: Diese Website wird in älteren Versionen von Netscape ohne graphische Elemente dargestellt. Die Funktionalität der Website ist aber trotzdem gewährleistet. Wenn Sie diese Website regelmässig benutzen, empfehlen wir Ihnen, auf Ihrem Computer einen aktuellen Browser zu installieren.

Zurück zur Einstiegsseite Drucken

Grössere Schrift

Bundesgericht

Tribunal fédéral

Tribunale federale

Tribunal federal

{T 0/2}

1C_160/2013

Ordonnance du 1er mars 2013

Ire Cour de droit public

Composition

M. le Juge fédéral Merkli, Juge présidant.

Greffier: M. Parmelin.

Participants à la procédure

Helvetia Nostra, représentée par Me Pierre Chiffelle, avocat,

recourante,

contre

  1. A.________,

  2. B.________,

  3. C.________,

    intimées,

    Municipalité d'Ollon, 1867 Ollon, représentée par

    Me Jacques Haldy, avocat.

    Objet

    permis de construire,

    recours contre l'arrêt de la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal du canton de Vaud du 28 décembre 2012.

    Vu:

    l'arrêt de la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal du canton de Vaud du 28 décembre 2012 qui rejette, dans la mesure où il est recevable, le recours formé par Helvetia Nostra contre la décision de la Municipalité d'Ollon du 15 novembre 2012 délivrant à A.________, B.________ et C.________ le permis de construire une maison d'habitation de deux appartements,

    le recours en matière de droit public déposé contre cet arrêt par Helvetia Nostra,

    le délai imparti aux autres parties à la procédure pour se déterminer sur la requête d'effet suspensif présentée par la recourante et sur une éventuelle suspension de la procédure jusqu'à droit jugé sur le recours en matière de droit public interjeté au Tribunal fédéral par Helvetia Nostra contre l'arrêt AC.2012.0127 rendu le 22 novembre 2012 par la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal du canton de Vaud, auquel renvoie l'arrêt attaqué (cause 1C_22/2013),

    les déterminations de la Municipalité d'Ollon, qui s'en remet à justice s'agissant de la requête d'effet suspensif et qui ne s'oppose pas à la suspension de la cause,

    la lettre du 28 février 2013 par laquelle la recourante déclare retirer son recours;

    considérant:

    qu'il sied de prendre acte du retrait du recours et de rayer la cause du rôle (art. 73 PCF par renvoi de l'art. 71 LTF; art. 32 al. 2 LTF),

    que celui qui retire un recours doit, en principe, être considéré comme une partie succombante, astreinte au paiement des frais de...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI